FAQ Rechercher Membres Groupes Connexion S’enregistrer
Gigadino Index du Forum





Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années)
Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années) Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
dinoland
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2004
Messages: 3 862
Dinosaure préféré: Iguanodon
Film préféré: age de glace 1 et 2
Localisation: Bruxelles

Posté le: 27/11/2007 22:47:00
Sujet du message: Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années)
Répondre en citant

Le Crétacé,Faune et Flore du Crétacé et la deuxième grande extinction (135 à 65 millions d'années)

Le mot Crétacé vient de craie (creta en latin), roche calcaire blanche et tendre formée durant cette période et qui affleure sur de vastes espaces en France, en Allemagne (Kreide) et en Angleterre (chalk). Les falaises du Nord de la France, de Normandie et d'Angleterre nous montrent une petite partie de l'énorme couche sédimentaire marine de cette époque... à cette époque la France était bien sur reliée à l'Angleterre...
En Europe, une grande transgression épicontinentale laisse peu de place aux terres émergées. L'Inde, en progressant vers le nord, se charge d'une énorme masse de basaltes (trapps du Deccan). L'Atlantique Sud connaît une accélération d'ouverture, l'Atlantique Nord s'ouvre et l'océan Téthys est déjà condamné à se refermer.



À l'échelle du globe, il existe deux ensembles continentaux, l'un septentrional, l'autre méridional, mais ce dernier, le Gondwana, s'est compartimenté en continents séparés: l'Inde progresse vers le nord, Madagascar s'écarte de l'Afrique et, à la fin du Crétacé, l'Australie, toujours unie à la Nouvelle-Zélande et à la Tasmanie, se désolidarise de l'Antarctique. Mais l'événement le plus spectaculaire est l'expansion de l'Atlantique sud, qui, à partir d'un rift à la fin du Jurassique, devient un océan de 3 000 kilomètres de largeur à l'aurore des temps tertiaires. En revanche, si le Proto-Atlantique nord continue à s'élargir, il n'a pas encore établi sa jonction avec les mers arctiques, et les deux provinces – boréale et mésogéenne-atlantique – persistent au cours du Crétacé


(une grande activité volcanique a eu lieu lors du Crétacé)

Une première transgression caractérise le Crétacé inférieur, puis, après une pose ou un recul, débute la plus générale des transgressions marines, la transgression cénomanienne .

Du point de vue tectonique, le Crétacé se situe entre deux drames orogéniques majeurs: la naissance des Névadides, d'une part, avec, en Europe, la phase néocimmérienne des Carpates; la naissance des Laramides, d'autre part, qui précède de peu les grands plissements alpins. Vers le milieu du Crétacé (115 Ma), une tectonique sensible affecte de nombreuses régions, mais les émersions sont peu importantes; en revanche, au Crétacé moyen, la Terre se fissure de toutes parts: fractionnement du continent «lémure» (Inde-Madagascar), grands fossés africains, naissance de l'Atlantique.

L'extension des mers chaudes et peu profondes provoque un enrichissement rapide de la vie. Foraminifères et Mollusques foisonnent, et les Poissons téléostéens envahissent les mers, ce qui fournit une nourriture abondante aux Vertébrés prédateurs. Les changements constants des lignes de rivage conditionnent la vie sur les continents. L'événement essentiel est l'avènement des Angiospermes dont profitent les grands Reptiles herbivores.

pour le paléo environnement, au Crétacé supérieur par exemple la Provence était un archipel relié par des lagunes et marécages. Le climat était chaud et tropical, favorisant une abondante végétation et le développement des dinosaures. Les parties émergées pouvaient être tantôt arides tantôt boisées et parcourues de cours d'eau. Le climat d'alors était à tendance tropicale, la Provence se trouvant mille kilomètres plus au sud qu'actuellement, c'est à dire l'équivalent actuel du Tropique du Cancer.

D'une manière générale, le climat terrestre était plus chaud qu'aujourd'hui et les pôles n'étaient pas encore recouverts de leur calotte de glace ce qui faisait que le niveau des mers était plus élevé qu'aujourd'hui.

La végétation se composait de fougères, de prêles et de conifères. Il y avait cependant de plus en plus de plantes à fleurs, celles-ci étant apparues quelques millions d'années plus tôt.


Cette période, la plus longue de l'ère secondaire, s'achève par une grande "catastrophe". En quelques millions d'années disparaissent de nombreuses espèces d'invertébrés (ammonites, rudistes, bélemnites, inocérames…) et les grands reptiles (dinosaures…). L'extinction de ces derniers laissera le champ libre au développement des mammifères. Nous allons dons faire un petit tour d'horizon de la faune et de la flore de cette période crétacée, dernière période de l'époque secondaire appelée mésozoïque. (Pour rappel la période mésozoïque comprend le Trias, le Jurassique, et le Crétacé) NB: ces périodes furent traitées sur le site...



Les faciès sont toujours diversifiés, mais en Europe occidentale, de très importants dépôts de craie s'accumulent. Et sur les terres émergées du domaine téthysien se forment de grands gisements météoriques (bauxite par exemple).

La flore

Les fougères sont encore nombreuses. les caytoniales, nées au Trias, s'éteignent à la fin du Crétacé.
Chez les gymnospermes, les ginkgoales, cycadales et coniférales sont en stagnation ou en régression. Les bennettitales, groupe charnière entre gymnospermes et angiospermes, sont à leur apogée au Crétacé inférieur et disparaissent au début du Crétacé supérieur.
Apparues au Jurassique, les angiospermes dicotylédones entrent en compétition avec les gymnospermes.



Fleurs du crétacé (A) Chloranthoidé (B) Platanoide . (C) Lesqueria, (D) Archaeanthus (E) Caloda . (F) Prisca (G) reconstitution de la "Rose Creek" une fleur du crétacé Americain.

La craie qui apparaît homogène à faible grossissement est en réalité une accumulation faite essentiellement de coccolithes entiers ou brisés, disposés dans tous les sens. Ces éléments sont des corpuscules calcaires de formes diverses qui constituent un squelette externe autour d'une algue unicellulaire marine (coccolithophoridée). Ce revêtement s'appelle une coccosphère.
Dans la craie, les coccolithes sont libres et ne sont pas liés entre eux par un ciment. On rencontre aussi d'autres organismes tels que des calcisphaerulidés et des foraminifères.


(vue des coccolithophoridés et coccolithes formant la craie)

Les invertébrés

Les calpionelles sont des microorganismes marins planctoniques qui possèdent une logette calcaire à symétrie axiale appelée lorica, sans ornementation externe et avec une seule ouverture très large.

On ne les connaît que du Portlandien (Jurassique supérieur) à l'Albien et il s'agit sans doute de protozoaires du groupe des infusoires ciliés.
Les foraminifères (organismes unicellulaires) benthiques (vivant sur le fond) sont très diversifiés (orbitolinidés, orbitoïdidés, alvéolinidés…).
Les foraminifères planctoniques (organismes qui flottent), apparus au Jurassique, deviennent au Crétacé supérieur très abondants et surtout très utiles pour dater les roches sédimentaires.

Les orbitolinidés sont des foraminifères qui ont un test en forme de cône plus ou moins aplati et atteignant plusieurs millimètres de diamètre. Le cône est constitué de loges qui s'empilent comme des assiettes dont le diamètre augmenterait progressivement. A l'intérieur des loges, il y a des structures complexes. Ces organismes vivaient sur le fond de mers peu profondes et chaudes.
Les orbitoïdidés sont des foraminifères qui ont la forme d'une lentille biconvexe. Ils ressemblent à un sandwich. En effet, ils comportent une couche de loges équatoriales entourée par une épaisseur plus ou moins grande de loges latérales. Ces foraminifères vivaient sur le fond de mers chaudes et peu profondes.
Les éponges siliceuses favorisent la formation de silex grâce à leurs spicules.


(Vue d'une eponge fossile du cap blanc Nez (F)

Les stromatopores participent à l'édification des récifs. Ce sont des organismes encroûtants uniquement fossiles (Cambrien-Tertiaire), formés de couches calcaires parallèles réunies par des piliers perpendiculaires. On pense qu'ils sont proches des spongiaires.

Parmi les mollusques, les scaphopodes commencent leur ascension. Ces organismes possèdent une coquille conique ouverte aux deux extrémités.
Parmi les bivalves, les rudistes (Jurassique-Crétacé), des formes fixées par un valve, à coquille épaisse et fortement dissymétrique, participent généralement à l'édification des complexes récifaux, tout à fait comparables aux récifs actuels.

Les inocérames (Jurassique-Crétacé), bivalves dont la coquille est formée presque uniquement d'une couche de petits prismes de calcite que l'on retrouve le plus souvent éparpillés dans le sédiment, sont très fréquents.


Chez les gastéropodes, c'est l'essor des nérinées qui fréquentent les mêmes milieux que les rudistes. Ces organismes ont une coquille allongée, turriculée et avec de nombreux tours. La paroi est épaisse et forme des replis caractéristiques des genres et espèces. Apparues au Trias, elles ne franchiront pas la limite Crétacé/Tertiaire.


(un gastéropode du crétacé, ces formes existaient aussi au tertiaire...)

Céphalopodes

Les bélemnites poursuivent leur diversification avant de disparaître. Des formes plates et évasées font leur apparition.
Avant de s'éteindre, les ammonites se distinguent par une forte diversification, l'excentricité de nombreuses formes, l'apparition fréquente de structures primitives, leur taille gigantesque.


(une Ammonite du Crétacé)

Les brachiopodes décroissent rapidement. Ils sont surtout représentés par des rhynchonelles et des térébratules.



A chaque période, la largeur du figuré est proportionnelle à l'importance du groupe considéré.
Un représentant caractéristique de chacun des groupes 1, 3, 6, 8, 9, 10, 11 et 12 est dessiné sous le diagramme de répartition correspondant. Les deux colonnes de gauche indiquent les ères et les périodes :
I : ère primaire ( C : Cambrien ; O : Ordovicien ; S : Silurien ; D : Dévonien ; C : Carbonifère ; P : Permien);
II : ère secondaire (T : Trias ; J : Jurassique ; K : Crétacé
III : ère tertiaire Qu-Rec : quaternaire récent

Chez les échinodermes, c'est le foisonnement des oursins irréguliers (Toxaster, Micraster, Holaster). Quelques échinides réguliers hantent les faciès calcaires.


(un oursin Micraster du crétacé)

Organismes d'origine inconnue

Les Nannoconus sont des corpuscules calcaires en forme de petite outre plus ou moins allongée, avec une cavité centrale parfois réduite à un canal.
Apparus à la limite Jurassique-Crétacé, ils se sont éteints à la fin du Crétacé. Leur origine est inconnue. On aurait tendance à les considérer comme des appendices externes d'un organisme planctonique.
Les vertébrés

En milieu aquatique, les groupes de poissons voisins des faunes actuelles dominent très largement. On note la présence des derniers coelacanthes fossiles.

Les vertébrés

De nombreux crocodiles peuplaient lacs et cours d'eau à la même période. Leurs restes sont relativement fréquents mais se composent la plupart du temps de dents ou de plaques dermiques qui recouvraient le dos de l'animal. La découverte de quelques morceaux de crâne en France et en Espagne a permis aux paléontologues de distinguer deux grandes familles, celle des Alligatoridés et celle des Crocodilidés.


Les poissons

Les poissons, ainsi que d'autres organismes, de la Formation de Santana au Brésil se trouvent dans des nodules au sein d'une série de marnes et d'argiles.

Le corps du poisson est entièrement silicifié et les couches qui en constituent l'enveloppe sont de moins en moins riches en silice, les couches les plus externes étant essentiellement carbonatées.
La forme de l'animal a été scrupuleusement respectée, ainsi une attitude arquée acquise après la mort se retrouve dans l'aspect du nodule qui a la forme d'un croissant.

Les poissons vivaient dans une grande lagune qui communiquait avec la mer. Les eaux étaient calmes et pauvres en oxygène. Des apports d'eaux marines salées et d'eaux douces entraînaient une variation rapide de la salinité qui provoquait une hécatombe.
Les organismes morts tombaient sur un fond dépourvu d'oxygène, et ils trouvaient ainsi dans la vase où ils étaient enfouis, un milieu propice à la fossilisation et à la constitution de nodules.

Un grand prédateur

Les Ichthyodectidae, des poissons du Jurassique et du Crétacé, sont représentés par une dizaine de genres. Xiphactinus qui atteignait 4 à 6 m de longueur, est le plus imposant de tous.

C'est l'un des plus grands poissons osseux connus. Ses écailles ellipsoïdales, d'une dimension considérable, mesurent 4,5 cm sur 2,5 cm. Sa denture, particulièrement remarquable, se compose de longues dents coniques orientées vers l'avant. Xiphactinus se nourrissait essentiellement de poissons et des dents de requins ont même été trouvées dans sa cavité abdominale.



Ce prédateur vivait dans des mers chaudes, calmes et peu profondes (- 50 à — 100 mètres) avec de redoutables mosasaures (reptiles) et des requins (poissons cartilagineux) de très grande taille.

Le mosasaure n'est pas un poisson mais bien un reptile marin géant aux allures de lézard qui vivait au Mésozoïque. C'est un proche parent des varanidés actuels. Comme les baleines et les dauphins, les mosasaures étaient adaptés à la vie marine.
Leurs grandes dents en forme de poignards semblent indiquer qu'il s'agissait de prédateurs opportunistes, se nourrissant surtout de gros poissons, de calmars, et même d'autre reptiles marins


(un mosasaurus chassant)

Les amphibiens sont rares et appartiennent aux groupes modernes.
Les reptiles sont encore largement dominants jusqu'à l'extrême fin de la période. Ils sont représentés sur la terre ferme surtout par les dinosaures, plus variés mais pas plus volumineux qu'au Jurassique. Dans les mers, les reptiles sont très nombreux, très divers et parfois très grands (ichthyosaures, sauroptérygiens, crocodiliens, squamates). Dans les airs, les ptérosauriens deviennent plus rares mais atteignent des tailles gigantesques.

Les dinosaures du crétacé...

.Sur beaucoup de plans, le crétacé (– 135 à – 65 millions d'années) s'inscrit dans la continuité de la période précédente, le jurassique. Les crabes font leur apparition, ainsi que plusieurs groupes de poissons modernes, tandis que les coraux gagnent de nouvelles régions. Mais à nouveau, ce sont les reptiles qui constituent la véritable classe dominante. Les groupes de dinosaures connus au jurassique persistent, mais des groupes nouveaux s'y ajoutent, comme les hadrosaures (dinosaures à bec de canard), les ankylosaures (dinosaures cuirassés) et les cératopsiens (dinosaures à cornes). Toutes ces créatures s'éteindront complètement à la fin du crétacé, il y a quelque 65 millions d'années.


(le Tricératops, une figure emblèmatique du Crétacé)

Les oeufs de dinosaures

Les Dinosaures pondaient des oeufs qui pouvaient être très gros, de la taille d'un ballon de rugby. Des nids entiers , comportant donc plusieurs oeufs fossilisés,ont été retrouvés autour de la montagne Sainte victoire, région très riche en oeufs de dinosaures .Ils abondent dans les sédiments fluvio-lacustres du Crétacé âgés de 60 à 65 millions d'années. Les premiers fossiles ont été découverts en 1869, et depuis leur étude a vraiment évoluée, mais des questions restent. Aucun ambrion n'a été retrouvé, ni de squelette a proximité des oeufs: aujourd'hui, aucun n'est encore formellement identifié.

Le premier œuf du dinosaure Protoceratops fut trouvé en 1922 par un membre de l'expédition en Asie centrale organisée par le Muséum américain de New York, L'année suivante de très nombreux œufs ont été découverts, souvent entassés dans des sortes de nids où il sont volontiers arrangés en cercles concentriques et un peu superposés. Les coquilles indiquent que l'éclosion n'avait pas eu lieu et, très rarement, des restes de l'embryon ont été retrouvés. Il semble que ces avortements soient dus au fait que les nids ont été recouverts de sable amené par le vent. L'attribution de ces œufs au Protoceratops se fonde sur l'abondance des restes osseux de ce reptile aux environs immédiats et sur une bonne concordance de taille.

Une taxonomie parallèle a ainsi été crée spécialement .Chaque type de coquille est désigné par un type auquel on adjoint le suffixe "Oolithus". Les paramètres pris en compte sont nombreux : la forme des oeufs, l'épaisseur de la coquille, l'ornementation de la surface externe ainsi que la microstructure observée à partir de coupes microscopiques. Néanmoins il semblerait que ces oeufs appartiennent à des Titanosauridés.



Les oiseaux sont encore peu communs surtout au début de la période et représentés par des formes archaïques auxquelles viennent se joindre de plus en plus de représentants des ensembles connus de nos jours.

(squelette d'archéoptérix, un représentant des dinosaures oiseaux)

pour les tortues... La faune d'eau douce de l'époque comprenait aussi de nombreuses tortues différentiables entre autres par l'ornementation de la carapace, plus ou moins lisse et décorée. Deux des familles représentées (les Dortokidés et les Solemydidés) sont endémiques à l'Europe. Une troisième famille, celle des Bothremydidae, est en revanche connue sur presque tous les continents au Crétacé supérieur.

Les mammifères

des groupes actuels ne commencent leur épanouissement que dans le dernier tiers de la période. Ils sont toujours de taille assez petite mais déjà assez divers.....


(yanoconodon)

Les fouilles réalisées dans les strates de la fin du Crétacé ont démontrées qu'il existait à cette époque une grande variété d'animaux... À l'aube du Tertiaire, 75% des espèces disparurent des animaux appartenat à de grandes familles d'animaux appartenant à des groupes aussi différents que les Foraminifères, les Lamellibranches, les Céphalopodes et les Reptiles..Or, tous avaient disparus à la fin du Crétacé, il y a environ 65 millions d'années. Il semble que cette disparition ait été brutale et totale. Bien que cela reste à prouver, on pense que les dinosaures se sont tous éteints en même temps dans le monde entier.
L'extinction des dinosaures (à l'exception des oiseaux) à la fin du Crétacé - il y a 65 millions d'années environ - reste une question mal élucidée. Brutale à l'échelle du temps, elle n'est cependant pas instantanée.

C'est ce qu'objectent aujourd'hui certains spécialistes aux tenants d'une cause cataclysmique (impact d'une météorite, volcanisme) pourtant propre à expliquer la disparition d'espèces ayant prouvé leur adaptabilité pendant 160 millions d'années.

Virus, effet de serre, apparition d'une flore toxique, sont d'autres pistes envisagées de même qu'une inversion du champ magnétique de la Terre, phénomène qui s'est produit à différents moments de l'histoire de la planète, la laissant pour une durée variable sans protection contre le vent de particules cosmiques. Ces particules ont un pouvoir mutagène qui pourrait expliquer des disparitions massives d'espèces.
On parle aussi souvent de limite Crétacé-Tertiaire, de limite CT ou de limite KT pour décrire la même période ou le même événement. Cette limite géologique présente un taux anormal d'iridium qui pourrait aussi bien être d'origine extra-terrestre (météorite de Chicxulub) que provenir d'importants épanchements volcaniques (trapps du Deccan) et ne permet donc pas de trancher de manière définitive.

D'après les animaux qui ont survécu, on peut se faire une idéé de la façon dont les autres se sont éteints. Les survivants terrestres (grenouilles, tortues, lézards, mamifères) étaient dans leur majorité beaucoup plus petits que les dinosaures. Certains scientifiques avancent que si ces animaux ont survécu c'est parcequ'ils étaient capables de se cacher sous terre ou dans l'eau pour échapper à une catastrophe, mais cette explication doit être considérée avec prudence, lorsqu'on sait que de très gros crocodiles ont eux aussi survécu.
Aujourd'hui les scientifiques essaient de déterminer la cause exacte de l'extinction des dinosaures. A t'elle éte brutale ou progressive ? S'est elle produite partout en même temps, où certains animaux ont-ils disparus avant les autres ? On ne possède pas encore de réponses certaines à ces questions, mais les théories sont nombreuses, voici les plus plausibles :

Le bouleversement climatique : La Terre se refroidit, pour une raison quelconque avec changement de flore ; les dinosaures disparaissent.

La théorie de la météorite : Cette théorie voudrait qu'une ou des météorites ont percutés la Terre provoquant un bouleversement climatique.

Un retrait massif des Océans occasionné par une forte activité tectonique (separation des plaques continentales)

Des explosion volcanique en série : L'activité volcanique aurait subi, pour une raison quelconque, un fort regain d'activités, créant un nuage au-dessus de la planète empêchant les rayons du soleil de passer, provoquant ainsi un boulversement climatique

en fait il est probable que toutes ces théories sont acceptables et que tout ces "catastrophes" sont arriés plus ou moins en même temps, ce qui causa la perte de 75% des êtres vivants don nos fameux Dinosaures.

La suite plus tard....

La suite plus tard...)

Faune et flore du Trias

http://dinoman.xooit.com/t1555-Faune-et-Flore-du-Trias-il-y-a-250-a-203-mil…

Faune et flore du Jurassique

http://dinoman.xooit.com/t1566-Faune-et-Flore-du-Jurassique-de-205-a-135-Ma…

Faune et flore du Crétacé

http://dinoman.xooit.com/t1592-Faune-et-flore-du-cretace-135-a-65-millions-…
______________
collaborateur documentaliste pour Gigadino

visitez mes blogs sur :http://dinolandia.unblog.fr/



celui qui donne va vite oublier.., celui qui reçois n'oubliera jamais.


Dernière édition par dinoland le 28/11/2007 20:17:19; édité 1 fois
Visiter le site web du posteur
 
Publicité Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Publicité






Posté le: 27/11/2007 22:47:00
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années) Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
ludovic
Fan de Gigadino
Fan de Gigadino

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juin 2007
Messages: 970
Dinosaure préféré: ankylosaure,brachios
Film préféré: jurrassic park(1,2,3
Localisation: albias(tarn-et-garonne)

Posté le: 28/11/2007 14:51:09
Sujet du message: Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années)
Répondre en citant

merci pour ce dossier
______________


the truth is out there: la vérité est ailleurs
 
Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années) Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
IRSCNB-DINO
Fan
Fan

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2007
Messages: 421
Dinosaure préféré: allosauridae-chasmos
Film préféré: Jurassic park
Localisation: Belgique

Posté le: 28/11/2007 19:02:17
Sujet du message: Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années)
Répondre en citant

très bien;comme d'hab...
______________

http://dino-info.fr.gd
Visiter le site web du posteur
 
Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années) Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
ludovic
Fan de Gigadino
Fan de Gigadino

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juin 2007
Messages: 970
Dinosaure préféré: ankylosaure,brachios
Film préféré: jurrassic park(1,2,3
Localisation: albias(tarn-et-garonne)

Posté le: 29/11/2007 10:08:37
Sujet du message: Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années)
Répondre en citant

oui rien à redire
______________


the truth is out there: la vérité est ailleurs
 
Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années) Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Dinosaureman
Accroc
Accroc

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2007
Messages: 1 237
Dinosaure préféré: Cristatusaurus
Film préféré: Jurassic Park
Localisation: Candillargues

Posté le: 29/11/2007 16:46:14
Sujet du message: Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années)
Répondre en citant

Trés bon dossier et je tien a montré ce squelette de xiphactinus qui est magnifique

A l'interieure on voit un poisson de 2metres qu'il a gobé Son dernier repas :plat:
______________
Je suis de retour!
Visiter le site web du posteur
 
Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années) Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
ludovic
Fan de Gigadino
Fan de Gigadino

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juin 2007
Messages: 970
Dinosaure préféré: ankylosaure,brachios
Film préféré: jurrassic park(1,2,3
Localisation: albias(tarn-et-garonne)

Posté le: 30/11/2007 10:08:32
Sujet du message: Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années)
Répondre en citant

oui il est magnifique
______________


the truth is out there: la vérité est ailleurs
 
Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années) Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Contenu Sponsorisé






Posté le: 20/08/2017 20:22:39
Sujet du message: Faune et flore du crétacé (135 à 65 millions d'années)

 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy Green