FAQ Rechercher Membres Groupes Connexion S’enregistrer
Gigadino Index du Forum





Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria
Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
dinoland
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2004
Messages: 3 862
Dinosaure préféré: Iguanodon
Film préféré: age de glace 1 et 2
Localisation: Bruxelles

Posté le: 29/03/2008 17:16:35
Sujet du message: Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria
Répondre en citant

Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes )

Cette sous classe est Parfois appelée "Coelacanthes" du nom d'un de ses représentants les plus illustres, le Coleacanthus, nous allons dans ce dossier Gigadino retracer l'histoire de ceux ci depuis le Dévonien moyen jusque à l'époque actuelle.

D'où vient ce nom de Coelacanthus ?

Le mot coelacanthus est dérivé d'un mot grec ancien qui signifie « épine dorsale creuse ». Les fossiles trouvés ont fait remarqué que le coelacanthe possédait une épine dorsale creuse..



(capture du 5 janvier 54)


Son évolution... du Dévonien à nos jours...

Souvent interprété comme intermédiaire entre les premiers poissons qui seraient à l'origine de la vie et des animaux terrestres les coelacanthes ont certaines de ses nageoires qui constituent des ébauches de membres. Par quel mystère a-t-il survécu, figé dans sa demi-évolution, alors que les grands batraciens et les grands sauriens, ses successeurs, ont tous disparu ?

Le lent déclin des crossoptérygiens, dont le coelacanthe Latimeria est le seul survivant, ainsi que le fait que c'est un animal extrêmement spécialisé, adapté à un habitat très spécifique et limité en surface, suggère que les coelacanthes devaient de toute façon disparaître d'ici quelques millions d'années. Mais au rythme des captures accidentelles effectuées chaque année par les pêcheurs, nous sommes malheureusement en train de racourcir son espérance de survie à quelques dizaines d'années ! Une espèce de plus à inserer dans la liste des espèces menacées... triste fin pour une espèce ayant parcouru des millions d'années sans encombres....

Dictyonostéus, est la forme la plus ancienne, celle ci a été trouvée au Spitzberg dans des sédiments d'eau douce et jusque à la fin de la période on ne les a pas signalés hors de l'Europe.

Plus tard vers le carbonifère, leur aire de répartition s'étend à l'Amérique du Nord, très vite, la majorité d'entre eux vécurent en milieux marin avec cependant, pour certain genres, une tendance à passer secondairement plus tard a l'eau douce. dès le mésozoïque, ils sont tout a fait cosmopolites et peuplent les mers du monde entier tout en restant peu communs. On connaît aussi au Trias et au Jurassique de rares formes provenant de gisement continentaux ainsi que venant d'estuaires. Les Actinistiens disparaissent dès la fin du crétacé ...on les a cru éteint depuis cette période ou disparurent de nombreuses espèces.

Rappelons brièvement les phases de la découverte de la forme actuelle.

Le 22 décembre 1938 , un bateau de pêche draguant a profondeur moyenne sur la côte orientale du sud de l'Afrique, rentrant au port après avoir pêché près de l'estuaire de la rivière Chalumna, pour le compte d'un scientifique , ramena dans ses filets un poisson étrange, inconnu. Celui ci vivait encore quant il fut découvert au milieux d'autres prises, celui ci essayait même de mordre furieusement tout ceux qui s'en approchaient. Il décéda environ trois heures après sa capture et fut examiné scientifiquement , c'est alors que l'on reconnut avec stupéfaction un représentant du groupe des Actinistiens, sois disant disparu depuis le Crétacé. cette pêche "miraculeuse" fit grand bruit dans les milieux scientifiques dans le monde entier.



On rechercha activement un autre exemplaire durant des années et on offrira même une recompense de 100 livres Anglaises de l'époque a qui pécherais un poisson comme celui la. ce n'est que le 20 décembre1952 soit 14 ans plus tard, qu'un second exemplaire fut pêché à 2000km de la première prise, mais cette prise fut décevante car faute de pouvoir l'examiner de suite, et a cause de la chaleur des Comores, seul un cadavre décomposé pu être étudié malgré le bain de formol admnistré par un médecin Français se trouvant sur place au moment de la découverte. ce poisson fut appelé Latimeria chalumnae, ce spécimen avait lors de sa capture été "matraqué" frénétiquement par le pécheur, le dessus du crâne avait été écrasé, le cervaux détruit et il avait perdu sa nageoire dorsale antérieure, celui ci avait aussi de nombreuses entailles dans la masse viscérale... le debut de putréfaction n'avait non plus pas arrangées les choses...



(les premiers scientifiques Français ayant étudié le colacanthe a Paris)

Malgré cela on ne pu que pêcher deux pu trois de ces poissons par an. dont un superbe exemplaire le 29 décembre 1953, ce spécimen fut pêché a 200m de profondeur avec comme appât un poisson allongé appelé "Methichys prometheus" vivant a cette profondeur et nourriture des "Niessa" qu'il cherchait. le pêcheur reconnu de suite le "gombessa djomole" nom adopté par les pêcheurs pour ce poisson énigmatique. cet exemplaire fut préparé immédiatement par injection avec 12 litres de formol aussi que par lavement du tube digestif par de nombreux litre du precieux liquide conservateur . dans les années 1980 les scientifiques avaient seulement pêchés 30 exemplaires. En 1998, une nouvelle population de coelacanthes a été découverte en Indonésie, dans l'archipel des Sulawezi. Mais la survie de ce poisson est loin d'être évidente, et il se pourrait fort bien que, victime des pêcheurs qui le capturent involontairement, il disparaisse à nouveau, mais cette fois-ci définitivement. Nous savons maintenant que le Latimeria etait deja connu des pêcheurs avant 1938, dés fois captrés dans les filets , ceux ci les relachaient , la raison était que la chair du Latimeria était fade et huileuse et donnait des diarrhées abominables.,
le biologiste américain MARK ERDMANN et son épouse, naturaliste, remarquent aussi un étrange poisson sur l'étal d'un marché. L'animal ressemblait à un cœlacanthe, mais ils doivent se contenter de le photographier, car ils quittent l'Indonésie le lendemain. Le 30 juillet 98 : un deuxième cœlacanthe indonésien se fait prendre dans les filets des pêcheurs de la même île de Manado Tua. MARK ERDMANN. Et sans avion à prendre ! Il peut étudier l'animal vivant pendant 3 heures. Celui - ci n'a pas survécu à sa capture, mais il a été congelé et des échantillons de tissus ont été prélevés, sur lesquels ont été effectuées des analyses de l'ADN. Le cœlacanthe trouvé à MANADO TUA est bien un latimeria chalumnae, et les Comores n'en ont plus la propriété, il y en a en Indonésie et probablement dans le monde entier mais cela reste à définir.


(distribution actuelle de Latimeria chalumnae le coelacanthe actuel)

Les Latimérias sont des poissons d'aspect massifs avec une longueur totale de 1,80m pour un adulte, ceux ci peuvent peser près de 80kg voir plus. la couleur est variable mais a des reflet gris et bleu, avec des petites taches blanches irrégulières.Les mâles adultes sont en général un peu plus petit que les femelles. La coloration est bleu foncé avec des marques distinctives blanches.

Il y a environ 400 millions d'années, il y avaient de nombreuses espèces de coelacanthes : les fossiles découverts ont permis d'identifier 125 espèces de coelacanthes. Si on considère l'histoire de l'ensemble du groupe on est frappé par la grande stabilité du groupe en ce qui concerne la forme et traits important. ces poissons ont quand même évolués mais restent groupés a un même schéma morphologique depuis le Dévonien. Les premiers recensements, de 1987 à 1991, dénombraient une population stable d'environ 650 individus. Mais en 1994, leur nombre avait chuté de 30%. Les chercheurs ont également revu à la baisse l'estimation de la surface de l'habitat des coelacanthes.



(endroits du monde ou on a decouvert des coelacanthes fossiles)

Découverte Fossile en France

Les Coelacantes fossiles ne sont pas rares, mais la plupart sont marins, une découverte interessante a été faite en France en 2004, Un fragment de mâchoire de coelacanthe d'eau douce, poisson qui vivait il y a 70 millions d'années au Crétacé supérieur, a été découvert au printemps 2004 à Cruzy dans le sud de la France (Hérault). A l'époque, ce site faisait partie d'une grande île correspondant, en gros, à la France et la péninsule ibérique d'aujourd'hui, baignée, avec d'autres terres de la future Europe, par les eaux de la mer Téthys.
La découverte est d'autant plus remarquable qu'il s'agirait du plus "jeune" fossile de ce type en Europe, voire dans le monde.

Biologie et Anatomie comparative des coelacanthes

Les coelacanthus ont empruntés de nombreux caractères aux poissons cartilagineux, comme les requins, ainsi qu'aux poissons osseux, et reste entre les deux. Comme le requin, le coelacanthe a une valve en spirale au niveau de l'intestin, pour augmenter la surface et ainsi mieux absorber la nourriture. Comme le requin, il a comme épine dorsale un long tube cartilagineux rempli de liquide, ce qui fournit un support ferme mais flexible pour les muscles. Par contre, il une tête osseuse, des dents et des écailles.
C'est aussi le seul vertébré qui dispose d'un joint intracranien, ce qui lui permet, comme chez les grenouilles, de lever la mâchoire supérieure en même temps qu'il abaisse sa mâchoire inférieure et d'engloutir de grosses proies.

De nombreuses théories firent émises pour ce qui est de la reproduction , on pensais que celui ci pondait dans une caverne souterraine...et que le male venait les féconder par la suite... maintenant nous savons que le coelacanthe est un ovovivipare : il donne naissance à des jeunes vivants, et a fait cela longtemps avant que les premiers mammifères n'apparaissent. Les femelles pondent des oeufs de la taille d'une orange (ce qui est énorme pour un poisson), qui éclosent à l'intérieur. Les embryons consomment leur poche vitelline, ainsi que les oeufs non-éclos. Certains indices laissent à penser qu'ils obtiennent nourriture et oxygène de leur mère. Mais il reste encore beaucoup de mystères. " Nous ignorons combien de fois les coelacanthes se reproduisent, leur période de gestation, où les jeunes vivent, quel est leur taux de croissance, ..." tout cela reste un mystère .



(les enormes oeufs de coelacanthes)

La plupart des activités des coelacanthes est hors de portée des hommes : Durant la journée, ils séjournent dans des grottes ou des failles dans la lave. Ils chassent la nuit, descendant à des profondeurs de 600 mètres ou plus, hors de portée des sous-marins ou de la zone effective des transmetteurs fixés sur les marqueurs qu'on leur a posés.
Les coelacanthes agissent comme de grands rapaces glissant dans les airs : ils utilisent les courants océaniques et les tourbillons, retournant à leurs grottes après la chasse en opérant lentement de grands cercles. Contrairement à des préjugés, il n'utilisent pas leurs nageoires pour marcher sur le fond de l'océan.



(vue de la "patte" de Latimeria chalumnae)

Point de vue biologique les principaux changements dans le squelette résident dans le degré d'ossification. celui ci déjà un peu plus réduit que chez les Ostéichthyens du Dévonien, a une nette tendance à diminuer encore au fil du temps, cela ce manifeste nettement dans l'endosquelette.

A part des exceptions, les Actinistiens sont tous comme Latimeria, des poissons a silhouette lourde, ai puissantes nageoires, au museau court. une particularité constante qui réside dans l'aspect trilobé de la caudale qui, en plus est de type " diphycerque " . Le crâne dermique est relativement bien ossifié chez les formes primitives. Sa caractéristique principale réside dans une division transverse en deux régions suivant une ligne qui, sur le toit crânien, passe entre les zones frontales et pariétales, et , sur le coté, descend obliquement vers l'arrière au dessus du postorbitaire et devant l'opercule.

Les deux régions, antérieure et postérieure, ainsi délimitées sont légèrement mobiles les unes par rapport à l'autre. ce trait rappelle les rhipidistiens. Chez les coelacanthes e fait peut être moins frappant car on retrouve presque toujours d'autres solution de continuité ailleurs, dues à des réductions de l'ossification . celles ci entraînent aussi dans le dermocrâne une disposition particulière des canaux sensoriels dans le sens que ces derniers passent entre les os restants ce qui est exceptionnel .

Chez les formes du Trias, cette réduction est encore plus marquée surtout dans la région de la joue; on trouve de grands vides entre les os qui prennent une disposition fantaisiste dans une même espèce. Dans le genre Axelia, entre l'orbite et l'opercule, pourtant bien séparés, on e voit plus que de petits os informes ne servant plus a rien. il s'agit peut être de la fin d'une lignée car les formes Jurassiques et du crétacé possèdent par contre un dermocrâne fort et solide. On peu aussi signaler une réduction de l'espace réservé a la joue chez Diplurus, une autre forme triasique du coelacanthe .

Dans la région de la bouche, on doit aussi signaler l'absence constante du maxillaire, les dents latérales étant portées par le faible prémaxillaire. on en trouve aussi certains os du palais. Elles sont généralement coniques et seul Axelia du Trias a des couronnes triturantes. La mâchoire supérieure primitive comprend les trois ossifications habituelles des poissons osseux (autoplatin, métapterygoïde, et carré). A la mâchoire inférieure, il semble que seule l'extrémité articulaire du cartilage de Meckel s'ossifie. Il a plusieurs os dermiques dont un dentaire court à la partie dentée très oblique. L'endocrâne est bien ossifié chez les formes du dévonien. Allongé et étroit, il se compose de deux parties distinctes légèrement articulées correspondant à celles du dermocrâne. aussi un muscle allongé retrouvé chez Latimeria (la forme actuelle) tendu entre les deux parties de l'endocrâne, cela lui sert a maintenir l'articulation en place. En retrait de la zone hypophysaire, on observe un très gros os canal pour la chorde.

En rapport avec cette région, on peut signaler aussi deux autres exemples de "conservatisme" de structures de ce groupe.



(Powichthys, un poisson sarcoptérygien de 400 millions d’années.
Modélisations 3D de la région antérieure du crâne après traitement des images par CTscan (longueur du spécimen : 30 mm).
A. coupe coronale ; B. région antérieure du crâne modélisée en vue ventro-latérale ; C. cavité endocrânienne modélisée en vue latérale gauche.
Taille du spécimen : 30 mm. CT scan (Austin, Texas) et logiciel Materialise Mimics (Uppsala). )

Avant la découverte de la forme actuelle, l'observation de l'extrémité du rostre chez "Nesides" du Dévonien avait permis de reconnaître un organe mystérieux, situé près de la capsule nasale et composé d'une cavité reliée a l'extérieur par des conduits. Cette structure, sans équivalent chez les vertébrés a été retrouvée très semblable chez "latimeria" et on ignore encore actuellement son utilité .

Il y a mieux encore, chez ce même " Nesides " il es signalé une petite excroissance, dans la partie latéro-antérieure de la zone otioccipitale qui portait une minuscule plaque dermique avec quelques denticules or chez Latimeria, le même élément de relief a été retrouvé exactement au même endroit.

Disons encore que ni les fossiles, ni l'actuelle n'ont de choanes. Pas contre très bizarrement, Latimeria possède une sorte de poumon dégénéré.

Déjà au carbonifère la réduction osseuse fragmente la partie antérieure de l'endocrâne en deux ou trois ossifications séparées par du cartilage. Celui ci s'étend de plus en plus et parfois, des formations exosquelettiques viennent consolider certaines régions très faibles.
L'endocrâne est franchement très ma ossifié chez la forme actuelle, surtout vers l'avant.

La colonne vertébrale montre ue très grosse chorde dorsale persistante d'un bout a l'autre et les seules pièces osseuses connues se forment près de la base des arcs qui devaient porter une épine.

Les nageoires des Actinistiens sont particulières les pectorales et les pelviennes sont construites sur le principe de l'archipterygium. Chez certaines formes du Trias (surtout Laugia) les secondes sont avancées sous les premières, ce qui représente le seul trait de diversification de tout l'ensemble des Actinistiens. La seconde dorsale et l'anale ont, au moins chez la forme actuelle, un endosquelette bien développé rappelant un peu celui des nageoires paires. Par contre la première dorsale n'a que des lépidotriches et il n'est pas exclu que cette différence soit très ancienne.



(vue des nageoires du Latimeria)

Les écailles sont généralement grandes , minces et se recouvrent largement. Elles s'étendent sur la partie mésiale des nageoires (sauf première dorsale et caudale) .



Quelques formes de Coelacantes au fil des ages.

Devonien : Diplocercides, Nesides, Dictyonostéus
Carbonifère : Rhabdoderma
Permien : Coelacanthus
Trias : Diplurus, Laugia, Axelia, Diplurus
Jurassique : undina
Cretacé : Macropoma
Tertiaire et Quaternaire : Latimeria

souces diverses : Ecole Francaise Henri Matisse aux Comores, Musée canadien de la nature, Opération Coelacante de jean Anthony 1976, GDVF G.Beaumont 1973

Dossier Gigadino par Dinoland
______________
collaborateur documentaliste pour Gigadino

visitez mes blogs sur :http://dinolandia.unblog.fr/



celui qui donne va vite oublier.., celui qui reçois n'oubliera jamais.
Visiter le site web du posteur
 
Publicité Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Publicité






Posté le: 29/03/2008 17:16:35
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
gigy
Fidèle
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2006
Messages: 1 642
Dinosaure préféré: tous! mais st allosa
Film préféré: star war (comme c'es
Localisation: belgique

Posté le: 29/03/2008 18:09:47
Sujet du message: Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria
Répondre en citant

oui aux dernières nouvelles il y a toujours deux espèces décrites et présente dont Latimeria menadoensis dans l'indonésie.
Je rappelle juste que le coelacanthe n'est pas un fossile vivant (ce qui n'existe pas) mais une radiation dérivée des premiers crossopterygiens.
Ce qui est génial c'est le mode locomoteur de cet animal.
Il peut et cela a été observé par bathyscaphe, se déplacer droit ou incliné!, nager à l'aide de mouvements de la caudale et des ondulation du corps comme tout poisson, mais aussi en agitant la deuxième dorsale et la pelvienne alternativement, ou alors marcher sur le sol à l'aide de ses pectorale, une bizarrerie donc!
D'après les recherches des allemands les coelacanthes seraient nombreux dans les grottes qu'ils fréquentent puisque en une seule plongée notre chercheur dont j'ai oublié le nom en a vu une bonne trentaine.
L'histoire de l'art pourrait venir au secour de la recherche aussi. Puisque une oeuvre d'orfévrerie espagnole montre clairement un latimeria! Comme la date a été authentifiée comme étant daté de la renaissance, bien avant sa découverte cela voudrait dire que les espagnols en allant au nouveau monde en ont vu dans l'atlantique!
 
latimeria Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
dinoland
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2004
Messages: 3 862
Dinosaure préféré: Iguanodon
Film préféré: age de glace 1 et 2
Localisation: Bruxelles

Posté le: 29/03/2008 18:14:32
Sujet du message: latimeria
Répondre en citant

oui on en a trouvés des latimeria en argent de 30cm a Tolède dans une église il parait que ça servait d'ex voto bien avant 1938, j'en ais pas parlé dans le dossier car on en sais pas plus.



(le Latimria d'argent de Tolède)

steph
______________
collaborateur documentaliste pour Gigadino

visitez mes blogs sur :http://dinolandia.unblog.fr/



celui qui donne va vite oublier.., celui qui reçois n'oubliera jamais.


Dernière édition par dinoland le 29/03/2008 18:23:02; édité 1 fois
Visiter le site web du posteur
 
Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
gigy
Fidèle
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2006
Messages: 1 642
Dinosaure préféré: tous! mais st allosa
Film préféré: star war (comme c'es
Localisation: belgique

Posté le: 29/03/2008 18:16:59
Sujet du message: Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria
Répondre en citant

on sait que l'argent qui a servit à les fabriquer provient des nouvelles colonies, et que l'origine des pièce est a situer dans le nouveau monde, donc il y en a ou aurait eu dans l'atlantique.
 
Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Tikémi
Fidèle
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2006
Messages: 1 605
Dinosaure préféré: les lambéos
Film préféré: Taxandria
Localisation: Bruxelles

Posté le: 29/03/2008 23:59:38
Sujet du message: Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria
Répondre en citant

Très chouette dossier Stéphane, merci !
______________

"Rien en biologie n'a de sens, si ce n'est à la lumière de l'évolution" Theodosius Dobzhansky

(\___/)
(='.'= )Voici Lapin. Copiez et collez Lapin dans votre signature
(")_(") pour l'aider à concrétiser sa domination du monde
Visiter le site web du posteur
 
Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
gigy
Fidèle
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2006
Messages: 1 642
Dinosaure préféré: tous! mais st allosa
Film préféré: star war (comme c'es
Localisation: belgique

Posté le: 30/03/2008 00:34:49
Sujet du message: Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria
Répondre en citant

Merci dinoland je cherchais une image d'un de ces fameux ex voto en forme de Latimeria. Il ne fait aucun doute que le poisson figuré est un coelacanthe!
 
Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
ludovic
Fan de Gigadino
Fan de Gigadino

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juin 2007
Messages: 970
Dinosaure préféré: ankylosaure,brachios
Film préféré: jurrassic park(1,2,3
Localisation: albias(tarn-et-garonne)

Posté le: 30/03/2008 17:20:25
Sujet du message: Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria
Répondre en citant

merci c'est super interessant!!
______________


the truth is out there: la vérité est ailleurs
 
Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
robin van butsele
Dinophile
Dinophile

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2007
Messages: 141
Dinosaure préféré: vélociraptor
Film préféré: star wars,jurassic p
Localisation: fontaine-valmont,hainaut,Be

Posté le: 30/03/2008 20:43:52
Sujet du message: Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria
Répondre en citant

super interressant et super chouette merci
______________
Robrequin
 
Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Elfilia
New

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2008
Messages: 15
Dinosaure préféré: diplodocus
Film préféré: L'illusionniste
Localisation: france

Posté le: 29/04/2008 21:34:46
Sujet du message: Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria
Répondre en citant

vraiment interressant, ma soif de curiosité est loin d'être tari... Trés bon reportage, un grand merci
______________
http://jurassicpark-univers.com
 
Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Contenu Sponsorisé






Posté le: 24/08/2017 09:33:29
Sujet du message: Les Crossopterygiens Actinistiens ( Coelacanthes ) Latimeria

 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy Green