FAQ Rechercher Membres Groupes Connexion S’enregistrer
Gigadino Index du Forum





Hallucigenia fossile vermiforme du Shale de Burgess
Hallucigenia fossile vermiforme du Shale de Burgess Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
dinoland
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2004
Messages: 3 862
Dinosaure préféré: Iguanodon
Film préféré: age de glace 1 et 2
Localisation: Bruxelles

Posté le: 13/05/2008 20:38:35
Sujet du message: Hallucigenia fossile vermiforme du Shale de Burgess
Répondre en citant

Hallucigenia fossile vermiforme du Shale de Burgess

dans ce Dossier nous allons parler de cet animal mystérieux, l'Hallucigenia , un fossile ressemblant à une petite chenille munie d'épines comme un oursin... en effet, les gisements Paléozoïques de Burgess tout comme les roches de Colombie-Britannique et d'Alberta regorgent de restes de créatures étranges du début de cette aire reculée. L'une d'elle, baptisée « Hallucigenia » semble sortir tout droit d'un rêve (d'ou son nom) il y a peu on ignorait si elle se déplaçait avec ses épines en agitant des tentacules ou vice versa. Comme dans tout processus d'évolution il s'est ensuite produite une extinction massive et la plupart de ces organismes paléozoïques, dont Hallucigenia, ont disparu, mais grâce a la préservation de ceux ci dans la roche schisteuse de Burgess, nous pouvons essayer d'en savoir plus sur cet animal...



Vers la fin des années 1970, ce fossile faisait l'objet d'un des premiers articles où Simon Conway Morris présentait sa reconstruction des fossiles vermiformes du Shale de Burgess. Il a baptisé ce petit fossile Hallucigenia et l'a interprété comme ayant un tronc cylindrique soutenu par sept paires de piquants minces et une rangée de sept tentacules, le long de son dos. La tête est bien définie et son anus se trouve au bout de sa long queue flexible. Le corps de 0.5 à 3 cm de long est long et mince, tel celui d'un ver, les sept tentacules se terminent par des "pinces", alignés d'un côté et sept paires d'épines jointes de l'autre. Il y a de plus une extension tubulaire molle du corps derrière les tentacules....



Les autres paléontologues et biologistes ont immédiatement contesté l'orientation de cette reconstitution en soulignant qu'il aurait été le seul animal connu à se mouvoir sur des piquants rigides. Ses détracteurs arguaient qu'une locomotion sur des tentacules plutôt que des piquants aurait été plus plausible. À quoi Conway Morris répliquait qu'il n'était pas plus plausible que l'animal se fût déplacé sur une unique rangée de pattes. Étant donné le nombre réduit de spécimens et donc le volume d'informations sur lesquelles discuter, le débat était dans une impasse. L'interprétation de Conway Morris demeurait en vigueur : Hallucigenia était un animal étrange, sans parents fossiles ou vivants.



Vers la fin des années quatre-vingts, entre en scène, Lars Ramsköld, un dentiste suédois converti à la paléontologie et qui étudiait des fossiles similaires découverts en Chine. Après avoir examiné la plupart des spécimens d'Hallucigenia conservés dans les musées, il a proposé que les piquants étaient plantés dans le dos de l'animal et servaient à sa protection. Donc si ces piquants étaient alignés sur le dos de l'animal, il devrait y avoir une double rangée de tentacule plutôt qu'une seule. Pour vérifier son hypothèse, Ramsköld demanda donc au conservateur de la collection Walcott à Washington la permission de « préparer » le spécimen type d'Hallucigenia sparsa, en d'autres termes, de creuser la pierre entourant le fossile. Cette proposition était audacieuse,. À sa grande surprise, Ramsköld obtint l'autorisation. Après avoir délicatement détaché quelques éclats de schiste, il découvrait une deuxième rangée de tentacules sous la première. Avec cette expérience simple et audacieuse, Ramsköld confirmait son intuition scientifique.

À l'heure actuelle, pratiquement tous les paléontologues croient qu'Hallucigenia était un petit animal marchant sur sept paires de tentacules fins et souples et protégé par sept paires de longs piquants disposés sur son dos.

En renversant l'animal et en lui rendant ses pattes, Ramsköld lui donnait une famille. Les Onychophores, un phylum qui de nos jours regroupe des animaux ressemblant à des chenilles et habitant les forêts tropicales humides, ne comptaient qu'un seul représentant dans la faune de Burgess, Aysheaia, dont Harry Whittington venait de donner une nouvelle description. L'Aysheaia dépourvue d'aiguilles dorsales avait comme parent Hallucigenia doté de longues aiguilles dorsales. D'autres Onychophores du Cambrien munis de petits piquants, assurent la transition entre les deux espèces.

En 1991, Ramiskold et Hou Xianguang, travaillant avec des spécimens additionnels d'un "hallucigénide" des schistes de Maotianshan chinois ont ré-interprété l'hallucigenia comme étant un onychophore. Ils l'ont inversé, interprétant cette fois les tentacules, qu'ils croient aller de pair, comme des structures adaptées à la marche, les épines constituant une protection. Fait intéressant, aucun des quelques 30 spécimens trouvé dans les schistes de Burgess ne montre un quelconque indice de paires des gros tentacules; leurs homologues chinoises non plus, d'ailleurs. La théorie de la paire est basée sur une dissection de l'un des fossiles, qui révèle ce qui est probablement une deuxième structure tentaculaire. Ramiskold et Hou croient que la tache plus tôt interprétée comme étant une tête n'est effectivement qu'une tache qui apparaît chez plusieurs spécimens et non pas une partie anatomique préservée par la fossilisation.



(l'interprétation de Conway Morris du fossile d'Hallucigenia)

Quoique leur théorie est celle généralement acceptée aujourd'hui, elle est loin d'être dénuée de problèmes. Contrairement à son contemporain, l'aysheaia, l'hallucigenia ne présente que peu de ressemblances avec les onychophores modernes. Les tentacules potentiellement en paires ressemblent fort peu aux pattes annelées des onychophores. Personne ne sait encore de quoi les épines étaient faites, ni d'ailleurs quel degré de protection elles pouvaient offrir. Elles ne semblent jamais être préservées indépendamment des animaux à corps mou comme une coquille de chitine ou de carbonate le feraient probablement. Il est difficile d'expliquer pourquoi une trentaine de spécimens, qui ont hypothétiquement sept paires de longues et flexibles pattes, ne montrent aucun exemple de paires de pattes. Au moins, cette reconstitution de l'animal peut marcher de façon plausible et les épines ont une utilité raisonnable.

Certains paléontologues acceptent actuellement l'interprétation de Hou et Ramiskold, mais croient que l'animal pourrait être un "lobopode à armure" apparenté à l'anomalocaris plutôt que (ou tout en étant) d'être apparenté aux onychophores. Il est aussi possible qu' hallucigenia ne soit qu'une partie d'un plus gros animal mais il est impossible pour le moment de le prouver...

Le genre Anomalocaris, et les genres voisins (Laggania et Amplectobelua), sont actuellement décrits dans l'article sur les anomalocarides. Un bond évolutif lui vaut de comporter les premiers organes sensoriels visuels développés, probablement des yeux composés, l'avantageant nettement en tant que prédateur dans son environnement. Mais, malgré cet avantage, l'Anomalocaris possédait une carapace très rigide qui pouvait facilement se briser s'il se pliait trop, le rendant proie à son tour... le mystère reste complet...

voila...

Dinoland pour Gigadino

sources : Ressources naturelles Canada, Conway Morris, S.
1998 : The Crucible of Creation: The Burgess Shale and the Rise of Animals. Oxford University Press, 242 p.
______________
collaborateur documentaliste pour Gigadino

visitez mes blogs sur :http://dinolandia.unblog.fr/



celui qui donne va vite oublier.., celui qui reçois n'oubliera jamais.
Visiter le site web du posteur
 
Publicité Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Publicité






Posté le: 13/05/2008 20:38:35
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Hallucigenia fossile vermiforme du Shale de Burgess Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
TonyCliff
New

Hors ligne

Inscrit le: 10 Mai 2008
Messages: 21
Dinosaure préféré: Therizinosaure
Film préféré: Les Bronzés font du
Localisation: Chambéry (73)

Posté le: 13/05/2008 21:24:18
Sujet du message: Hallucigenia fossile vermiforme du Shale de Burgess
Répondre en citant

Merci !!!
C'est un super article !
Beaucoup de choses sur un animal bien méconnu !
Illustré et agréable a lire Very Happy

Enfin voila quoi ! A quand ma découverte d'un Hallucigenia dans un schiste du Cambrien ? Laughing
______________


Atomz Trial Rider !
Visiter le site web du posteur
 
Hallucigenia fossile vermiforme du Shale de Burgess Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Dinosaureman
Accroc
Accroc

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2007
Messages: 1 237
Dinosaure préféré: Cristatusaurus
Film préféré: Jurassic Park
Localisation: Candillargues

Posté le: 13/05/2008 21:31:21
Sujet du message: Hallucigenia fossile vermiforme du Shale de Burgess
Répondre en citant

Je conaissais de nom mais par manque d'infos je me suis jamais penché sur cette bete Sad
Merci pour le doc Steph Very Happy
______________
Je suis de retour!
Visiter le site web du posteur
 
Hallucigenia fossile vermiforme du Shale de Burgess Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Contenu Sponsorisé






Posté le: 20/08/2017 20:19:53
Sujet du message: Hallucigenia fossile vermiforme du Shale de Burgess

 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy Green