FAQ Rechercher Membres Groupes Connexion S’enregistrer
Gigadino Index du Forum





Les Pélycosaures et Reptiles Mammaliens
Les Pélycosaures et Reptiles Mammaliens Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
dinoland
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2004
Messages: 3 862
Dinosaure préféré: Iguanodon
Film préféré: age de glace 1 et 2
Localisation: Bruxelles

Posté le: 29/05/2009 11:41:28
Sujet du message: Les Pélycosaures et Reptiles Mammaliens
Répondre en citant

Les Pélycosaures et Reptiles Mammaliens



Leur existence débute au Carbonifère supérieur pour s’achever vers le milieu du Permien. on connaît ces Reptiles surtout d’Amérique du Nord avec quelques représentent Européens, Asiatiques et Africains, Le groupe des Pélycosaures ce divise en trois ensembles ...

Les Ophiacodontes
Les Sphenacodontes
Les Edaphosauriens


Les deux premiers, restés plus primitifs ne renferment que des carnivores, par contre le dernier, plus spécialisé, compte presque seulement des herbivores.

Dans ce dossier Gigadino nous allons essayer de cibler la biologie de ces trois familles et en savoir un peu plus sur elles.

Les thérapsides (Therapsida), aussi appelés reptiles mammaliens, sont parmi nos ancêtres. Ils sont les successeurs des pélycosauriens dans la lignée synapside. Ils présentent bon nombre de traits "mammaliens", et en particulier une plus grande fenêtre derrière chaque orbite oculaire, moins de dents sur le palais, et un dentaire plus gros - il s'agit de l'os qui porte les dents, à la mâchoire inférieure. Chez ces premiers reptiles mammaliens, le dentaire n'était que l'un des nombreux os qui constituaient la mâchoire inférieure; chez les mammifères actuels, il n'y a plus que lui et il est devenu plus gros. Il est à noter que dans l'évolution mammalienne, l'organisation de la dentition a revêtu une importance cruciale : c'est seulement chez les mammifères que l'on trouve de nombreux types différents de dents, chacun ayant ses fonctions particulières.

Les reptiles mammaliens (Thérapsides) font partie des premiers reptiles apparus à la fin du permien (ère primaire) et qui concurrencèrent les dinosaures jusqu’au début de l’ère secondaire, lors du Trias. Cet ordre de vertébrés vécut du Permien et du Trias (300 à 200 millions d’années), et a constitué la souche ayant donné naissance aux mammifères. Dès le Carbonifère, il y a plus de 300 millions d’années, une lignée évolutive menant aux mammifères s’était individualisée, avec les Pélycosaures. Les Thérapsides sont issus d’une famille de Pélycosaures. Les thérapsides sont parmi nos ancêtres.
Peu après leur apparition, ils évoluèrent en différentes variétés de carnivores et d’herbivores. Ils présentent bon nombre de traits "mammaliens". Ils vont progressivement au cours du permien acquérir presque tous les caractères des mammifères (poils, régulation autonome de la température corporelle "sang chaud").
Ils vont beaucoup se diversifier et avoir des styles de vie différents, les espèces variant selon les époques du Permien, et dominer les niches écologiques carnivores et herbivores, ce sont les ancêtres des mammifères actuels.



Cette poussée et domination progressive des caractères mammifères (mammifères dont l'homme est de nos jours l'un des représentant) va cependant subir un arrêt brutal lors de la crise marquant la transition Permien - Trias.

Les membres et les ceintures de ces animaux étaient bien adaptés à la locomotion quadrupède. Comme chez les Mammifères, le crâne avait une seule ouverture dans la région temporale, limitée ventralement par une arche osseuse. Chez la plupart des espèces, les dents étaient différenciées comme chez les Mammifères, avec des incisives tranchantes, de grandes canines pointues et une série de molaires broyeuses. Cependant, la mâchoire inférieure était de structure reptilienne, composée de sept os et non d’un seul (le dentaire) comme chez les Mammifères, et avait une articulation avec le crâne de type primitif. Chez les formes évoluées, comme chez les Mammifères, il existait un palais osseux séparant la bouche du conduit nasal.
Certains spécimens comme le Cynognathus de la famille des cynodontes portaient de la fourrure. Ce dernier avait également d’autres caractères qui le rapprochent des mammifères : pattes placées sous le corps et existence d’un palais secondaire qui lui permet de respirer en mâchant sa nourriture.

Les reptiles mammaliens furent pratiquement anéantis à la fin du Permien, ayant perdu toutes leurs familles à l’exception d’une ou deux. La plus importante lignée de reptiles mammaliens du Trias sera celle des cynodontes. Ils préfigurent les mammifères, mais disparaissent cependant pour la plupart d’entre eux à la fin du Trias supérieur il y a 208 millions d’années

Les reptiles mammaliens furent pratiquement anéantis à la fin du Permien, ayant perdu toutes leurs familles à l'exception d'une ou deux. Quelques thérocéphaliens survécurent, n'occupant que des rôles écologiques mineurs. Lystrosaurus fut à l'avant garde d'un rétablissement significatif des dicynodontes. Mais la plus importante lignée de reptiles mammaliens du Trias sera celle des cynodontes.

Diversité : grand nombre d’espèces (Varanosaurus , Edaphosaurus , Ophiacodon, Sphenacodon) avec des espèces herbivores et des espèces carnivores ; chez les espèces carnivores, l’hétérodontie est plus marquée (canines très nettes) que chez les herbivores ;

Ils ont évolué en de nombreuses espèces très différenciées qui ont concurrencé les dinosaures du Permien au Trias. La thermorégulation serait apparue à la fin du Permien, les poils et la lactation au Trias. Après l'extinction massive du Trias-Jurassique où la plupart on disparu, les quelques espèces survivantes ont été largement dominées par les dinosaures.


Biologie des Sphénacodontes

Nous allons commencer par étudier ce groupe qui n’est pas le plus primitif mais qui renferme le fameux Dimétrodon que tout le monde connaît.. Enfin j’espère ... Celui ci est le mieux connu et le plus célèbre des Pélycosauriens que nous décrirons plus tard..

Les Sphénacodontes dominent le Permien inférieur et sont en grande majorité Nord Américains. En vue latérale la tête osseuse est nettement ovalaire, l’extrémité du museau étant ici encore basse et les parois postérieures très inclinées vers l’avant. Une faible barre osseuse sépare l’orbite de la fosse temporale un peu plus réduite. Bien que théoriquement en position inférieure, cette dernière est placée relativement haut et arrive presque en contact avec le Pariétal, sans pour cela vraiment entamer le toit crânien. Cet os est encore suivi a son angle postéro-externe par un petit supratemporal derrière lequel on remarque un faible tabulaire. La présence de cet os “primitif” reste importante et perdura plus ou moins longtemps dans la lignée des synapsides.

La face inférieure montre un palais peu évolué, encore assez creusé en son milieu et formé, à l’intérieur de l’arc fortement denté du maxillaire et du prémaxillaire, surtout du Palatin et de l’antoptérygoïde qui présentent encore un “semi” non régulier de petites dents. Il possède une très haute lame verticale a la hauteur des dernières dents, il se sépare de son symétrique et envoie un fort prolongement traverse vers le bas. En arrière, il se soude par une haute suture avec la carré. Chez les Pélycosauriens, ce dernier os se trouve ainsi tout a fait immobilisé et fixé au squamosal.

Pour les dents celles ci sont pointues, coniques mais légèrement courbées en arrière. En deux endroits, elles sont plus hautes qu’ailleurs : Tout en avant et vers le tiers de la mâchoire. On peu voire la dedans une représentation de canines primitives, première différentiation dentaire de type mammalien a apparaître.

La mandibule, basse en avant, atteint sa hauteur maximum sous le procès coronoïdien. Le dentaire forme déjà a lui seul une bonne partie de la face interne. Tout en arrière, l’articulaire montre une expansion encore faible appelée Procès rétro-articulaire, destiné à jouer un grand rôle par la suite. En dehors du dentaire il y a toujours 7 os dermiques qui, ensemble, occupent de loin la plus grande place.

Seul l’angulaire montre une disposition intéressante. Il s’agit de la présence à l’extrémité postérieure de la face externe, d’un lobe subvertical doublant le partie inférieure de la mandibule proprement dite et séparé de celle ci par une gouttière longitudinale, a son débouché arrière, ce sillon crée une nette encoche.

L’endocrâne osseux ne dépasse pas la limite de l’orbite vers l’avant. Il se compose par un complexe d’os occipitaux (supraoccipital en arrière, basioccipital en bas, occipitaux latéraux sur les côtés), de 2 os enfermant l’oreille interne (prootique et opisthotique) avec, en avant, un basisphénoïde aplati sur un plan sagittal; un prolongement cartilagineux encore plus antérieur est supposé..

La colonne vertébrale compte 24 vertèbres présacrées dont 7 cervicales avec un atlas et axis et 20 vertèbres dorsolombaires. Il y a 3 sacrées et un grand nombre de caudales (variables selon les espèces). Le corps de la vertèbre est biconcave (Amphocoele) et est percé d’un canal notochondral..

La principale caractéristique de certaines de ces vertèbres réside dans l’allongement démesuré des procès épineux, il s’agit la d’un des rares caractères vraiment spectaculaire de toute la famille des synapsides. Il se manifeste surtout dans la zone dorsale antérieure et diminue d’importance vers l’avant et vers l’arrière. D’autres Sphénacodontes et plusieurs Edaphosauriens présentent aussi cette caractéristique. il a de forte chance qu’une membrane reliait les procès épineux entre eux créant une sorte de voile dorsale (pouvant peut être leur servir de régulateur de température) toutefois ceci ne reste qu’une hypothèse non vérifiée.

La ceinture scapulaire présente trois os dermiques, dont un Cleithrhum et trois os de remplacement avec un double coracoïde. La cavité articulaire était encore plus ou moins hélicoïdale. L’humérus devait avoir gardé une position extrêmement primitive et s’orienter surtout latéralement. Le pied devait avoir une formule phalangique 2/3/4/5/3 , Le fémur avait la même position que l’humérus , le tibia est nettement plus robuste que le péroné.

A part Dimétrodon on connaît encore dans ce groupe d’autres formes dont les plus primitives sont bien représentées par Varanops, on pourrait voir dans cette forme un chemin vers les ancêtres des thérapsides.


(vue du crâne d’un Varanops)

Ophiacodontes

Ces Pélycosaures primitifs, presque exclusivement Nord-Américains sont surtout connus du Carbonifère supérieur et s’éteignent au début du Permien. Ophiacodon, le genre le mieux connu, diffère de Dimétrodon par son crâne moins haut et plus triangulaire, par sa fosse temporale plus petite, son tabulaire plus grand, ses dents plus nombreuses et moins sacralisées, son procès coronoïdien moins accusé et l’absence de lame réfléchie de l’angulaire et du procs rétro-articulaire ,les membres sont plus courts et les vertèbres “normales” .



(Le Varanausorus et Ophiacodon, 2 reptiles avec quelques caractères de mammifères, mais encore proche des Labyrinthodontes.Ils semblent avoir eu une vie proche de l'eau se nourissant de poissons., ici une représentation d’Ophiacodon)

Edaphosauriens

Ils représentent la branche herbivore des Pélycosauriens, faisant apparition au Carbonifère supérieur, ils s’éteignent ers le Permien moyen. Ils se partagent en Deux groupes dont Edaphosaurus d’un côté et Casea d’autre part.



(Squelette d’ Edaphosaurus , @ The Field Museum of Natural History, Chicago)

l’Edaphosaurus était un herbivore primitif apparenté aux Mammifères, trouvé à l'état fossile dans le Carbonifère supérieur et le Permien inférieur (environ 300 millions d'années).Edaphosaurus mesurait plus de 3,50 m de longueur. Son crâne, bas et court, était pourvu de dents coniques. Sa tête était très petite par rapport à son corps massif et cylindrique. Le caractère le plus distinctif de cet animal était sa grande « voile » dorsale. Celle-ci était formée par les apophyses vertébrales allongées, pourvues de protubérances transversales, qui étaient probablement reliées par une membrane. Elle servait peut-être à la thermorégulation ou comme réserve de phosphates, éléments qui auraient pu être remobilisés aisément à partir des protubérances osseuses qui soutenaient la membrane. Elle pouvait aussi avoir une fonction défensive, en donnant à l'animal un aspect plus imposant face aux prédateurs.Une voile similaire est apparue indépendamment chez Dimetrodon. Ce dernier était un féroce prédateur apparenté seulement de loin à Edaphosaurus, mais tous deux étaient des pélycosaures.



(représentation du Casea)

Les premiers se distinguent par leur crâne petit et élevé, a une très grosse fosse temporale frôlant le pariétal, par leur mandibules courte et haute a faible procès rétro-articulaire, aussi par leur dents petites sur les arcades et encore très nombreuses sur le palais. On compte 25 vertèbres pré sacrées et 3 sacrées. Ici aussi les procès épineux, dans la région dorsale, sont très allongés, de plus ceux ci présentent des épaississements successifs formant des tubercules, comme les précédents les membres sont très courts. Pour Caesa et les formes proches ils possèdent aussi un crâne de petite taille. Celui ci est fortement rugueux et présente un fort foramen pinéal. La hauteur considérable des narines confère à la tête osseuse une silhouette en parallélogramme. Les dents marginales sont bien plus fortes que chez les Edaphosauriens, il y a aussi des dents sur le palais mais disposées différemment. Les épines neurales ne sont pas allongées. On note une nette réduction du nombre de phalanges (2/2/3/3/2 avec un 5eme doigt très fort au pied.


(représentation d’une patte avant gauche d’un Dimétrodon)

Nous ne pouvons pas passer a coté du fameux Dimetrodon (jusqu’à 3 m de long) qui est une espèce carnivore du Permien inférieur du Texas dotée d’un grand voile cutané dorsal soutenu par des apophyses vertébrales très allongées (ce voile cutané jouait probablement un rôle thermorégulateur : absorption ou évacuation de chaleur selon les besoins de l’animal) Le dimétrodon possédait une immense voile dorsale, tout comme l'Edaphosaure, qui était soutenu par les épines neurales, chacune étant accrochée à une vertèbre. Cette voilure lui permettait probablement de réguler sa température corporelle, en réchauffant ou refroidissant son corps selon la manière dont le dimétrodon l'orientait. En 1973, Bramwell et Fellgett calculèrent qu'un dimétrodon de 200 kilogrammes pouvait faire passer sa température corporelle de 26°C à 32°C en 80 minutes grâce à sa voile contre 205 minutes sans celle-ci.




(Dimetrodon)

Caractères mammaliens indiscutables des Cynodontes

Nous avons succinctement parlé des Cynodontes, classés aussi dans les Reptiles Mammaliens, ces cynodontes possèdent un vaste volume de la boîte crânienne, 2 condyles occipitaux, et l’existence d’une véritable voûte palatine séparant la cavité buccale en étage respiratoire et étage alimentaire, articulation de la mâchoire inférieure entre dentaire et squamosal chez les plus évolués mais certaines espèces (Diarthrognathus du Trias supérieur) montrent la présence des deux types d’articulation (reptilienne entre carré et articulaire et mammalienne entre dentaire et squamosal), très nette hétérodontie (dents post-canines dotées de cuspides émoussées autorisant le broyage des os et la mastication des chairs) comparable à celle des Mammifères, différenciation de la colonne vertébrale en vertèbres dorsales et vertèbres lombaires.

… Nous étudierons les cynodontes dans un futur dossier Gigadino.



(Diarthrognathus du Trias supérieur)

Sources :
Benton M. dans The Book of Life, Gould S.J., Ed. Ebury Hutchinson, Londres, 1993.
http://gigadino.pagesperso orange.fr/th%E9rapsides.html
http://www.oiseau libre.net
http://www.ac orleans tours.fr/SVT/publis/Mammif/mammif.htm
E.Universalis
dic.academic.ru

En savoir plus sur les autapomorhies des Synapsides : http://tolweb.org/notes/?note_id=466

Stéphane pour Gigadino
______________
collaborateur documentaliste pour Gigadino

visitez mes blogs sur :http://dinolandia.unblog.fr/



celui qui donne va vite oublier.., celui qui reçois n'oubliera jamais.
Visiter le site web du posteur
 
Publicité Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Publicité






Posté le: 29/05/2009 11:41:28
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Les Pélycosaures et Reptiles Mammaliens Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Connor
Dinogold
Dinogold

Hors ligne

Inscrit le: 05 Avr 2009
Messages: 307
Dinosaure préféré: future predator and
Film préféré: primeval(nick cutter

Posté le: 29/05/2009 16:53:18
Sujet du message: Les Pélycosaures et Reptiles Mammaliens
Répondre en citant

toujours de super descrip' comme d'hab!bravo!
______________
bonjour.je suis en faite tarbosaurus.j'adore primeval!vivement la saison 3!!gigadino,c'est un super-forum!
Visiter le site web du posteur
 
Les Pélycosaures et Reptiles Mammaliens Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
floflo01000
Dinophile
Dinophile

Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2009
Messages: 88
Dinosaure préféré: Vélociraptor
Film préféré: Préhistoric park
Localisation: 01

Posté le: 30/05/2009 15:47:19
Sujet du message: Les Pélycosaures et Reptiles Mammaliens
Répondre en citant

Excellent, comme d'hab...*

En plus, c'est très complet!^^
______________
Gigadino est un site extra! Avatar by me!

Viva Maurice!^^






 
Les Pélycosaures et Reptiles Mammaliens Sujet précédent Sujet suivant 
Auteur Message
Contenu Sponsorisé






Posté le: 26/06/2017 21:38:26
Sujet du message: Les Pélycosaures et Reptiles Mammaliens

 
 
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:   

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group :: Style: Creamy Green